Les 2 cyclistes se sont levées à 6h00 et ont fait un boucan pas possible en parlant à haute voix. Puis vers 7h30 ce sont les 2 marcheurs. J'ai attendu d'être seul pour me lever. Le SAD a vite été fait et j'ai quitté l'albergue. Je me suis arrêté dans un bar prendre un café con leche, un croissant et du pain .

 En arrivant à BURGUETA qui est un petit village bien "décoré" en pancartes et déco rappelant Compostelle, j'entends dans mon dos une personne qui me hèle. C'est un monsieur qui me demande si je souhaite qu'il me tamponne ma crédenciale avec son tampon (ville de Burgueta). Bien sûr j'accepte, il a l'air tellement sympa.

 La marche se poursuit tranquille. elle est courte et il n'y a aucune raison pour que je me presse. Il y a de magnifiques coquelicots rouges et d'autres de couleurs blanche et violette. Des champs en sont recouverts, je pense qu'ils doivent être semés comme engrais vert.

 J'arrive dans un village presque totalement abandonné LACORZANA (sauf une maison). La chapelle et les maisons tombent en ruines. Même un beau château semble à l'abandon. je décide de déjeuner dans ce qui a été certainement le jardin du curé derrière la chapelle maintenant recouvert d'herbes hautes. L'endroit est sauvage et bucolique. J'entends beaucoup d'oiseaux siffler. Dommage qu'il y ait un bruit de fond causé par la nationale ou l'autoroute. En Espagne on arrive jamais à bien savoir tellement le réseau routier est dense.

 J'arrive tôt à ma destination finale. Je passe devant des panneaux expliquant le camino de Bayona. je lis la liste des personnalités (?) l'ayant emprunté. Je décide de rajouter mon nom et ma date de passage non sans éprouver une certaine honte mais avec une joie de gamin content de son coup : "06/2013 Alain de Nantes (Francia)". Une photo pour immortaliser ce tag et je repars.

 L'arrivée dans la ville est pénible mais le marquage est bon. J'arrive devant l'albergue juvenil (auberge de jeunesse)où se trouve l'albergue pour pèlerins : fermée. Je me rends alors à une autre adresse (une demi-heure de marche)  Pension LA PICOTA fermée aussi. Je téléphone à l'association des pèlerins de Compostelle de la ville (c'est bien la première fois que je vois ce genre d'assoc. en Espagne créée uniquement pour la ville qui est de taille moyenne). La personne qui me répond me dit que la pension PICOTA est toujours ouverte. Je n'insiste pas car de toute façon la rue où elle est installée est hyper bruyante à cause de la route. Je décide donc de tenter la pension MIRANDA indiquée dans mon guide.

 Je demande mon chemin à un monsieur qui gentiment m'y emmène (1/4 d'heure de marche). Confirmation : en cas de souci, il y a toujours une personne pour vous aider cela se vérifie encore cette fois.

 Finalement, je sonne à la pension PICOT 9 calle Le Francisco Cantera 3è étage. Je loue une chambre pour 18 euros avec certes les WC et les douches sur le pallier mais le tout dans un état impeccable. La pension est située en centre ville et c'est calme ! Confirmation également : pour 8 euros de + il vaut mieux parfois prendre une chambre seul dans une pension plutôt que d'aller dans une albergue dormir à 8 dans une chambre avec des boules quies et se payer le matin le boucan de ceux qui se lèvent tôt.

 Douche, lessive. je ressors voir si je peux photographier qq graffs, visiter la ville et faire mes courses. J'achète un chorizo, une bière, des abricots secs, des amandes, une boîte de thon, une boîte de calamars, du pain et une bouteille d'eau. Ce soir je dînerai dans chambre.

 Je fais tamponner ma crédencial à l'office de tourisme qui tout content de voir un pèlerin me donne une belle brochure sur le camino de Bayona. je le garderai en souvenir.

 J'achète 7 timbres pour envoyer 7 cartes postales ultérieurement. (je regarde la télé en écrivant ces notes : il fait 35° à Séville et il pleut à Bilbao !)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ribaguda

 

 Lze village désert de Lacorzana

 

 Castillo de los Mendoza abandonné lui aussi semble t-il

 

 

 

 

 

 

 Augustes personnes qui sont passés par la via de Bayona

je ne pouvais qu'ajouter : 06/2013 Alain de Nantes :)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ma chambre